Középkor

ce forum a pour but de recolté le maximum d'information serieuse sur la hongrie medievale a l'aide des differents apports de documents et precieuses traduction des visiteur ce forum se construit petit a petit avec vos ajouts (dessin: László, Gyula)
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Insigne de rang sociale avant propos

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ragnhilde



Messages : 7
Date d'inscription : 31/07/2009
Age : 32

MessageSujet: Insigne de rang sociale avant propos   Dim 2 Aoû - 21:48

Extrait du livre The ancient hungarians, Hungarian national museum, Budapest 1996, Page 48 à 50.

Traduction Proposé par Ragnhilde et Till smidr.

LES INSIGNES DE RANG
Le rang d'hommes hongrois antiques se reflétais dans leur ceinture d'armes et dans les articles et les armes qui y étaient suspendues. Ces ceintures ont été montées avec des plaques d'argent et, plus rarement, des supports de bronze ou même d'or dans le cas de personnes de rang exceptionnellement haut. La ceinture la plus commune faisait environ 1,5 mètres de long et étais ornée de différent types de supports. Les ceintures étaient montées avec des boucles qui avaient des plaques boucles en forme de bouclier ou de forme pentagonale et des anneaux ovales, suivis par une série de larges supports densément placés qui ornaient la section de la ceinture encerclant la taille. Cependant, la fin d'une ceinture ornée de ces lourds supports pourrait à peine avoir été passée par l'anneau de boucle et ainsi une courroie séparée a été cousue au dos de la ceinture sur le devant. C'était cette courroie qui étais passée par l'anneau de boucle. La ceinture ornementée, en faite, contournait la boucle en une courbe douce. La section pendante s'étendait jusqu'au bas du genou gauche. Une série de supports plus étroits sont rivetée à la courroie pendante et un grand mordant de courroie a été adaptée à sa fin. Ce type de ceinture faisait environ 2 cm de largeur.
D'autres types de ceintures ont été aussi portés pendant la période de Conquête. Le grand supports de ceinture faisant plus de 3.5 cm de largeur de Karancslapujtő Et Tomnatec/Nagyősz ont été montés sur une ceinture plus large. Les ceintures adaptées avec une boucle Byzantine décorée d'un motif de lion doivent avoir été d'une largeur similaire. Les supports survivants de ces ceintures suggèrent qu'ils aient aussi une courroie pendante. Au contraire, les supports de Szentes-Borbás-föld viennent d'une ceinture plus étroite. Ceux-ci pourraient être passés par la boucle et puisque le nombre de supports est relativement bas, il apparaîtrait que ces ceintures n'avaient pas de courroie pendante. Les ceintures plus simples de cuir et de tissu sans installations métalliques étaient simplement noué à la taille. L'utilisation de ces ceintures semble avoir été assez répandue puisque la plus grande partie des tombes de guerrier ne contenaient pas de supports de ceinture. La ceinture la plus commune et le plus largement portée était sans aucun doute du premier type, la variante décrite comme « ceinture bulgare » dans les sources Byzantines. L'ornement de la ceinture avec des supports métalliques était en soi un insigne de rang et une indication de position sociale. Le nombre d'ornements varie d'habitude entre quinze et vingt, mais bien cent vingt-huit supports ont été récupérés de l'enterrement princier déterré à Zemplín/Zemplén. Entre quarante et cinquante supports ont été nécessaire à ornementé entièrement une ceinture - cependant, les jeux complets de supports sont rarement trouvée. Le grand mordant de courroie manque souvent, et le nombre bas de supports trouvés dans les tombes suggérerait que les supports n'aient pas couvert la surface entière de la ceinture.
On croyaient généralement que la ceinture ornementée était le symbole du guerrier libre et que la cérémonie de remise de la ceinture a un garçon ait aussi symbolisé son passage a la majorité. Cependant, le nombre de jeux de ceinture connus est beaucoup trop bas en comparaison du nombre d'hommes libres. On connaît un total de 184 tombes avec des jeux de ceinture complets ou des supports de ceinture de 134 sites sur le territoire des Anciens Hongrois du 10ème siècle. La distribution de ces sites est plutôt inégale, avec 25 de ces sites (cédant 55 jeux de ceinture complets ou fragmentaires) étant trouvé dans la région de la Tisza Supérieure. La plupart de ces cimetières riches ont contenu plusieurs tombes dont les supports de ceinture ont été mis a jour, un phénomène qui est très rare dans les autres cimetières connus. Il apparaîtrait que l'atelier métallique le plus important produisant ces jeux de ceinture devait être localisé quelque part dans la région Tisza Supérieure vue que pratiquement tous les types de support connus ont été trouvés dans les cimetières de cette région. Bien que les supports de ceinture aient été aussi ouvrés dans d'autres ateliers aussi, ceux-ci, tout comme l'atelier dans la partie nord de la Petite Plaine hongroise, répondaient a la demande local. Les produits de ces ateliers plus petits ne sont distribués que sur une zone limitée. Des groupes de tombes avec des jeux de ceinture pourraient indiquer des centres locaux de clans ou tribus puisque ces ceintures ont été portées par l'aristocratie de clan et tribus et par les chefs de leur suite. Des jeux de ceinture sont rarement trouvé dans les cimetières du peuple. Ils sont aussi absents des tombes du 10ème siècle dans lesquels la nouvelle arme; l'épée à double tranchant a été déposée. Le rang et la position social d'un homme peuvent seulement être reconstruits a partir du jeu de ses insignes et ainsi nous passerons brièvement en revue ceux-ci dans la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ragnhilde



Messages : 7
Date d'inscription : 31/07/2009
Age : 32

MessageSujet: Re: Insigne de rang sociale avant propos   Dim 2 Aoû - 21:48

Les hommes ont gardé leur briquet de fer et des silex, aussi bien que des instruments plus petits dans une bourse en cuir ou sabretache qui a été suspendu a la ceinture sur le côté droit. Le couvercle de ces bourses était ornementé de pièces repoussées ou appliqué, mais un petit groupe pourrait se permettre d'orner le couvercle de supports métalliques ou des plaques finement ouvrés. Le nombre de sabretaches décorés de supports d'argent ou de bronze s'élève à peine à une douzaine et à l'exception de deux spécimens trouvé au Budapest-Farkasrét et Przemyśl, ils ont tous été mis à jour dans la région de la Tisza Supérieure.
Ornant la courroie finale, les supports étaient parfois nettement plus serré (comme sur le sabretaches de Streda nad Bodrogom/Bodrogszerdahely et Przemyśl) ou, alternativement, plus lâchement espacé (comme sur le sabretache d'Újfehértó-Mieskepuszta et de la tombe 41 du cimetière de Karos II). La courroie finale a été passé par le support de verrouillage orné, en forme de diamant. Les quatre coins du couvercle étaient parfois de la même façon ornés de supports en diamant à Újfehértó-Micskepuszta et la tombe 42 du cimetière de Karos II), bien que le support de verrouillage central soit parfois omis (la tombe 11 du cimetière de Karos II). Avec le temps, ces supports sont progressivement devenus plus large et plus élégamment ouvragés. Les supports de plaque d'argent ornementés d'une conception de palmettes provenant de Budapest-Farkasrét ont couvert pratiquement les
48
surfaces entière du couvercle. Des plaques de sabretache dont certains sont de véritables chefs-d'œuvre de l'orfèvrerie, ont probablement évolué de cette manière. Certaines de ces plaques (comme ceux d'Eperjeske et Szolyva) préservent toujours l'écho des motifs ornementaux sur les sabretaches ornementé. En contraste avec les sabretaches ornementé de décor, les sabretache à plaques métallique peuvent être considéré comme de véritable produits hongrois vu qu'il y a très peu de découvertes comparables connues à l'est des Carpates. La répartition des 25 plaques de sabretache actuellement connues retrouvés sur le territoire d'établissement des hongrois du 10ème siècle est plutôt inégale. Leur majorité, 15 en tout, ont été trouvée dans les cimetières riches de la région de la Tisza Supérieure, tandis que le reste est venu a jour dans la partie centrale de la Grande Plaine hongroise et ses bordures nord et on en connaît aussi quelques-uns de la Petite Plaine hongroise. Ces derniers ont été trouvés soit dans des tombes solitaires (comme celui d'Izsák-Balázspuszta et Kiskunfélegyháza-Radnóti rue) ou ont été récupéré dans des tombes entourés par des tombes de gens plus humble, du peuple (comme à Tanya Tiszanána-Csehtanya et Dunavecse-Fejéregyháza). Certains de ces sabretaches ont appartenu aux hommes qui avaient été enterrés dans des cimetières familiaux sensiblement petits (Bana, Perbete et peut-être Szolnok-Strázsahalom). Des plaques de sabretache comparables n'ont pas encore été trouvés dans la Transdanubie du sud, dans les secteurs orientaux et sud de la Grande Plaine hongroise ni Transylvaine. - la répartition de support de sabretaches ornementé et des plaques de sabretache se conforment au modèle de répartition des jeux de ceintures et des sabres, mais dû a leurs nombre beaucoup plus faible, leur absence dans certaines régions est encore plus remarquable. Ces sabretaches orné ont été sans aucun doute porté par l'aristocratie tribal et de clan, aussi bien que par les membres de la suite princière, qui, a en juger d'après les autres biens funéraire de leurs tombes, était de divers rangs. István Dienes a suggéré que des plaques de sabretache sont l'insigne des hommes qui sont entrés au service de la dynastie princière.
À côté des ceintures et sabretaches, certaines armes, en particulier les superbes sabres ornés et les gorytes, ont de la même façon reflété le rang et le statut de leurs propriétaires.
Leurs bas nombres suggèrent que seulement les hommes des rang les plus haut aient en droit de porter de telles armes. La poignée et le fourreau de ces sabres étaient ornementés d'or fin et d'installations de plaque d'argent portant une conception de palmette complexe (l'or à Geszteréd et Rakamaz, l'argent à Tarcal et Karos). La plus magnifiques de ces armes ornées, le sabre de Vienne, n'a jamais été enterré : c'est l'insigne de rang des anciens princes, il a été gardé dans le trésor de la Dynastie Árpád jusqu'à 1063.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ragnhilde



Messages : 7
Date d'inscription : 31/07/2009
Age : 32

MessageSujet: Re: Insigne de rang sociale avant propos   Dim 2 Aoû - 21:49

De la même façon que les sabres, des gorytes, parfois monté avec bien 80 à 100 décors de plaque d'argent et rivets, sont aussi des découvertes rares (Karos, Eperjeske, Streda nad Bodrogom/Bodrogszerdahely). Ils sont généralement ornés du symbole du Soleil dans leur tiers moyen. Le disque solaire, un symbole du roi sacré des Khazars, a été sans aucun doute adopté par les chefs des anciens Hongrois par l'influence des Khazars pendant leur séjour en Levedia. Les hommes qui ont été équipés de ces gorytes étaient le plus probablement des chefs de haut rang dans la suite princière. De la même façon que la plus grande partie des sabres orné de décors, les gorytes ornementés ont jusqu'à présent été exclusivement trouvés dans la région Tisza Supérieure.
Les carquois n'ont pas apparemment reflété le rang de leur propriétaire et on en connaît aucun qui n'ait été particulièrement généreusement ornementé. La même chose se tient vrai pour les arcs: « des arcs d'or », comparables aux armes trouvées dans de riche cimetière Hun et Avar, sont inconnus parmi des découvertes de la période de Conquête. Le statut et la richesse d'hommes de rang exceptionnellement haut se reflétés également dans leurs décorations argentées de harnais.
Les insignes de rang décrit ci-dessus reflété le rang de l'aristocratie tribale et de clan, ainsi que des membres de la suite militaire. Les chefs de l'armée et de ses unités plus petites ont été probablement recrutés parmi eux. Cependant, nombre de découverte d'assemblages complet récupéré par des archéologues professionnels est beaucoup trop bas pour permettre au rang de chef individuel d'être plus précisément défini.
Les chefs de haut rang, enterrés avec des insignes de rang pratiquement identiques, dont les tombes ont été mis à jour a Geszteréd, Rakamaz, Tarcal, Zemplín/Zemplén, Karos, Eperjeske, Streda nad Bodrogom/Bodrogszerdahely et Kenézlő dans la région de la Tisza Supérieure étaient probablement les chefs de la suite princière. Leurs tombes ont contenu tout ou la plupart des insignes décrits ci-dessus. L'absence des insignes particuliers de rang peut peut-être être interprétée comme l'indication de différences de rang subtil. Des cimetières de La même richesse ont aussi été trouvés ailleurs dans le Bassin des Carpathe (à Kétpó, Ladánybene-Benepuszta, Budapest-Far-kasrét et Bana) et ils marquent probablement des centres de pouvoir régionaux. Une caractéristique partagée par ces cimetière est l'absence remarquable de certains insignes, comme les gorytes ornementés de décors et des sabres.
Une certaine cohérence a aussi été notée parmi les biens des tombes de chef de rang plus bas. Une caractéristique qui se détache est que ces jeux de ceinture et sabres sont rarement trouvés dans la même tombe. De la même façon on ne trouve pas non plus des jeux de ceinture et des plaques de sabretache ensemble. La répartition de leurs insignes et armes suit le même modèle rigoureux : (1) la plaque de sabretache, le sabre et occasionnellement le jeu de ceinture, (2) des sabretaches ornées de décors et le sabre, (3) le jeu de ceinture et (4) le sabre. Cet ordre peut-être implique aussi un ordre de classe (la plupart de ces tombes contiennent l'équipement de tir à l'arc, C'est pourquoi ils ne sont pas inscrits séparément). Cela suggérerait que la couche sociale ayant droit pour porter une plaque de sabretache soit beaucoup plus large que le cercle de chefs tribaux, bien que ces derniers soit sans aucun doute les membres important de ce cercle. Les hommes qui sont enterré avec une sabretache ornementé et un sabre ou un jeu de ceinture sont probablement venu en position suivante dans la classification de rang. Les hommes qui ont seulement un jeu de ceinture
49
étaient probablement les chefs d'unité militaire plus petite, une communauté villageoise ou un district.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ragnhilde



Messages : 7
Date d'inscription : 31/07/2009
Age : 32

MessageSujet: Re: Insigne de rang sociale avant propos   Dim 2 Aoû - 21:50

On ne devrait en aucun cas voir le susdit ordre comme un système rigide de classification valable pour toute la société de période de la Conquête. La prudence doit être exercée puisque la majorité de ces insignes de rang ont été mis au jour dans les cimetières riches de la région de la Tisza supérieure contenant les tombes des membres de la suite princière. Il serait donc douteux de considérer ce classement également valable pour d'autre régions du territoire d'établissement des hongrois. La question se complique d'autant plus par le fait que certains hommes, le plus souvent des membres de la suite militaire,avaient été donné le droit de porter un ou plus de ces insignes de leur chef supérieur; et tandis que ces insignes ont reflété leur pouvoir personnel propre, ils ont aussi indiqué une forte dépendance personnelle. Les membres de l'aristocratie tribal et de clan ont démontré la richesse et l'influence de leur famille avec les insignes qui pourraient être portés par droit de naissance et ainsi leur dépendance au pouvoir princier en était plus libre ou directement nominal. Les tombes de garçons de 10-14 ans, qui n'avaient pas encore traversé le seuil de la virilité, ont été néanmoins équipées de jeux de ceinture et sabretaches (comme à Tiszanána-Cseh tanya et Karos), sont peut-être une indication de cela.
Le tissu complexe de société de période de Conquête peut le mieux être illustré par un exemple pris du cimetière de Karos III. Dans le centre de l'unique rangée de tombes du cimetière il y avait la tombe d'un homme de haut rang qui était richement équipé d'insignes de rang. À sa gauche et sa droite se trouve les tombes de femmes et d'enfants, tandis que plus loin en bas de la rangée il y a des tombes de guerriers de sa suite qui n'était pas de même sang que sa famille. Jusqu'ici, cela correspond au modèle dans d'autres cimetières de période de Conquête. Cependant, pas loin de la tombe de cet homme de haut rang, parmi les femmes et les enfants à sa droit, il y avait la tombe d'un homme adulte, mais estropié. Bien qu'il n'ait porté aucun insigne et n'ait aucune arme, un cheval avait été sacrifié au cours de la cérémonie funéraire. La tombe avec un enterrement de cheval et sa position près du chef ne pouvait pas être interprétée sur la base unique des découvertes archéologiques. Les analyses sérologique conduites par Imre Lengyel ont montré que cet homme a été du même sang que le chef, étant peut-être son frère. Son handicap physique le rendais inapte au service dans la suite royale, mais puisqu'il faisait partie de la famille du chef, il avait droit à une tombe près de lui. À Izsák-Balázspuszta, la tombe d'un homme handicapé similairement (avec un bec de lièvre) a rapporté un jeu de ceinture, une plaque de sabretache, des ornements de harnais et des plaques d'os délicatement ornementées d'une selle. Les insignes indiquent qu'il doit avoir été également un membre du l'aristocratie tribal ou de clan.
Les tendances principales sont ainsi assez claires bien que nous ne soyons probablement jamais même proche d'entrevoir ne fusse qu'une once du kaléidoscope coloré de la vie à cette époque là, la richesse et la variété sont voilée par les brumes du temps. Nous devons nous contenter des simples esquisses de ses contours principaux.
50
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Insigne de rang sociale avant propos   

Revenir en haut Aller en bas
 
Insigne de rang sociale avant propos
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Laisse tomber le travail un peu ! ♬ Hee Rang Bia
» Demande de rang spéciaux
» Demandes de rang
» Manipulations avant, pendant et après le coup de 2004.
» " Féeries de lumières de l'Avant-NOËL "

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Középkor :: histoire de la hongrie :: epoque de la conquête (850- 902 (955) :: habits et parures-
Sauter vers: